Fil de navigation

 

Suite à la dernière réunion du Comité de Direction de notre Ligue, il a été décidé que les associations ont dorénavant la possibilité de régler leur bordereau de licences par virement bancaire sur le compte de la Ligue de Tir de Provence.

Il conviendra que l'intitulé du virement comporte exactement le numéro du lot de licences, tel qu'il est inscrit sur l'application ITAC.

Les Présidents d'associations désireux d'opter pour ce mode de règlement pourront s'adresser au siège de la Ligue (tel : 04.91.93.58.88) afin d'obtenir un Relevé d'identité bancaire de celle-ci.

La ligue de Tir de Provence

 

 

La Fédération Française de Tir est la fédération olympique qui a reçu délégation du Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports pour organiser et gérer sur le territoire national la pratique du tir sportif et de loisir de ses 182.000 membres licenciés.

A ce titre, la Fédération Française de Tir s'élève avec la plus grande vigueur contre les propositions législatives de la Commission européenne soit disant destinées à améliorer le contrôle des armes en Europe.

Ces propositions qui découlent d'une méconnaissance complète des réalités du terrain, tentent de pratiquer dans l'esprit du public un amalgame insultant pour les détenteurs légaux d'armes (tireurs sportifs et de loisir, chasseurs, collectionneurs) qui sont artificiellement mis sur le même plan que les terroristes et les mafieux.

En effet, contrairement à ce que voudraient laisser croire les propositions législatives de la Commission européenne, les armes automatiques et les explosifs sont déjà strictement interdits. Les tireurs et les armes sportives et de loisir font déjà l'objet d'une réglementation contraignante (autorisations et contrôles) et de mesures de sécurité drastiques (conservation et transport).

Ces propositions irréalistes et vexatoires compliqueront inutilement la pratique des utilisateurs légaux en alourdissant le travail de nos forces de sécurité sans aucun résultat positif sur les trafics existants. Restreindre les droits des utilisateurs légitimes n'aura strictement aucun effet sur les filières illégales d'approvisionnement en armes des terroristes et du grand banditisme.